Fable : La roue de secours

 

 

La roue de secours

 

Elles étaient nées à Clermont-Ferrand

Et n’avaient jamais encore eu d’amants.

Lorsqu’on décida de les acheter,

Pour, sur une voiture les monter.

Elles étaient cinq, et toutes se valaient ;

Mais dans leur mission, quatre prévalaient !

Elles furent montées sur les essieux,

Pouvant chaque jour contempler les cieux,

Tandis que l’autre voyagea couchée,

Etant parfois même effarouchée.

Ses sœurs contemplaient le paysage,

En écrasant tout sur leur passage ;

Creusant parfois même des ornières

Ce dont elles étaient bigrement fières !

Tous les jours le maître les courtisait,

Les regonflant si elles faiblissaient.

Pourtant quand l’une d’elles était crevée,

C’est la cinquième qui à mainlevée

Se devait humblement de remplacer

L’autre pour continuer d’avancer !

Mais la roue remplacée fut réparée

Pour rétablir l’harmonie déparée.

On la remonta vite à sa place

Ramenant l’autre à la disgrâce.

Un jour l’une des quatre éclata

Et voici là ce qu’on nous relata :

« Lorsque le maître sortit l’esclave

De sa cellule, de son enclave,

Il fut complètement stupéfait

Et s’écria le visage défait !

Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui tu me lâches,

Et que cette journée tu me gâches ?

J’avais vraiment besoin de ton aide,

Un fort châtiment pour toi je plaide » !

Alors la roue répliqua confuse

« Je n’ai pas eu de soins tu abuses »

Mes sœurs étaient bien bichonnées

Tandis que je demeurais enfermée ;

Si tu avais daigné me regarder

Tu n’en serais pas à cauchemarder,

Si tu désirais que je te serve,

Il fallait pas me mettre en conserve,

Si tu ne m’avais si bien camouflée,

Tu aurais vu que j’étais dégonflée.

Si au dépourvu tu t’es fait prendre,

C’est bien fait, ça te fera comprendre

Que nous étions toutes les cinq amies

Et que m’isoler n’était qu’infamie.

Alors retenons de cette histoire

Que si l’on ne veut point de déboire

Tout ce qui peut être vexatoire

Sera un acte rédhibitoire.

 

Si nous avons des amis très nombreux,

Evitons routes et chemins ombreux !

Gardons-les autour de nous en plein jour,

N’en faisons pas, des roues de secours

 

Em Lebucheron

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site